lundi 25 mars 2019
Actualités

#Paroles Pierre André de Chalendar (E79), PDG de Saint-Gobain et nouveau président du conseil de surveillance de l’ESSEC

« On n’a pas assez fait attention à notre industrie en France », alors qu’elle « crée des emplois et structure les territoires ».

L’industrie est un secteur d’activité qui oeuvre au développement d’un territoire, tant sur un plan humain qu’économique. En outre l’industrie est marqueur d’un savoir-faire et représente ainsi une qualité made in France. Or, bien que riche, le patrimoine industriel français se fait oublié, délaissé sur certains territoires. 

La contribution du secteur industriel à la formation du Produit Intérieur Brut – PIB – est passée, dans notre pays, de 25% dans les années 1975 à 10% aujourd’hui, en dehors du BTP*. Ainsi, plus de la moitié de son potentiel contributif à la richesse du pays est amputé.

En cause, un système éco-politique qui accroit les charges et prélèvements obligatoires, qui ne facilitent pas l’évolution positive des entreprises, tous secteurs confondus. En résulte une compétitivité minée. Dans un pays où la taxation du travail est forte, et où une fiscalité sur les entreprises est plus lourde que dans les autres pays européens, les usines sont délaissées.

La France est le pays d’Europe où la part de l’industrie dans le PIB est maintenant la plus faible, et c’est aussi, le pays où les dépenses publiques sont les plus fortes et les prélèvements obligatoires les plus élevés*.

En France, le patrimoine industriel est riche, mais abandonné. Une cause à effet sur les plans économiques et humains, expliquant en grande partie le chômage du pays et la fermeture des industries chaque année, fermant définitivement, ou faisant le choix de la délocalisation à l’étranger.

Un effet de mondialisation peut-être aussi, les hommes sont peu à peu remplacés par les machines, moins onéreuses, plus productives, avec un impact économique fort sur le long terme dans les industries qui tiennent encore debout. 

 

*À lire : l’intéressant article de Claude Sicard, « La descente aux enfers de l’industrie française », via contrepoints.org  

Référence : Reflets #127, Février-Mars 2019, pages 8-9

Visuel : usine Continental dans l’Oise, © LP/JB pour Le Parisien